Rapports et photos

Abonnez-vous à nos newsletters!

Ne manquez pas notre actualité: abonnez-vous à notre newsletter en anglais!
J'accepte la Politique de confidentialité

L'appel de la Coudoulière et une séance de planche à voile dans les vagues était irrésistible. Lundi et mardi, nous étions en France, pour prendre le vent de Mistral apporté par l'une des rares perturbations estivales atlantique. Lundi, la Coudou nous a donné du vent toute la journée, et une séance vraiment amusante, avec la valeur ajoutée de températures absolument agréables.

 

Planche à voile, compte rendu de séance: Coudouliere, Six fours les plages, France

J'étais absent de la mer et des vagues des belles sessions en Sardaigne en juin dernier (lire le reportage). Les vagues créent dépendance, et un mois d'abstinence, c'est déjà trop. Alors, je n'y ai pas trop réfléchi, et dimanche après-midi je suis parti pour Six Fours Les Plages. Aussi parce que, en ce qui concerne cette affaire du Covid, la situation n’est pas très rassurante, et je ne voudrais pas qu’ils nous empêchent de voyager entre les différents États européens à partir de l'automne prochain.

Le vent est arrivé dimanche (et ceux qui étaient déjà sur place, en fait, ont raconté de une première séance amusante de l'après-midi).

Je me suis présenté sur la plage de la Coudoulière tôt lundi matin, et j'ai d'abord pris un cappuccino pour bien me réveiller. Inutile de dire que, tout de suite, j'ai rencontré d'autres italiens sur le spot: Simone, Alessio et Edoardo. Nous avons commencé à étudier la situation.

Lundi, la Coudoulière a donné la journée classique du Mistral (en fait, plus orientée de l'ouest), avec le vent grandissant au fil des heures. Matinée calme (vent autour de 25 nœuds), puis, à partir de midi, vent supérieur à 30-35 nœuds et vagues d'excellente taille (au moins quelques mètres). Eau chaude. Combinaison courte, ou maillot de bain et Lycra.

Tout au long de la journée, le vent s'est avéré très onshore. En effet, je n'avais jamais surfé ici à Coudoulière avec un vent aussi orienté de l'Ouest (parfois O / SO). Mais au final, mis à part la sortie de plage et le premier bord qui nécessitent une attention pour ne pas visiter la falaise du port, ce sont des conditions qui ne me dérangent pas du tout. Le vent fort permettait de glisser immédiatement après le départ, évitant ainsi de se retrouver facilement près de la falaise, et lors de la navigation bâbord il était possible de bien remonter le vent, vers Cap Negre, et d'aller chercher encore plus de vagues. De plus, j'ai l'impression qu'avec un vent d'ouest, des vagues plus hautes et plus régulières montent aussi.

 

Windsurf Coudouliere France 2

 

Cliquez ici, pour la galerie complète de diapositives du lundi (des photos basse résolution peuvent être téléchargées gratuitement). 

 

Le matin, je suis sorti avec le Goya Guru X Pro 2020 4.7. Puisqu'il y avait encore une vague contenue, en tant que planche, j'ai utilisé la Tabou Pocket 94 2016, qui également à cette occasion, comme en Sardaigne, s'est avérée être une excellente planche, capable de gérer même des vagues de bonne taille. Pour le rendre plus réactif, je l'ai préparé avec les ailerons K4 (central Scorcher 18, et 11 latéraux Stubby qui me donnent beaucoup de satisfaction).

Les deux séances du matin ont été très amusantes pour moi, également grâce à une plus grande fraîcheur physique.

Le bon volume de la planche sous mes pieds m'a permis de manœuvrer décemment, de virer de bord (pas facile pour moi dans les vagues) et de empanner assez bien. Mais surtout, j'ai essayé et essayé de nombreuses fois de surfer les vagues. J'ai pris beaucoup de vagues cette fois. Plus je retourne à la Coudoulière, plus je la connais, plus je surfe mieux, et je l'apprécie.

De plus, avec Coudoulière j'avais un compte ouvert à clôturer, depuis la dernière fois que j'étais ici, en décembre 2019 (lire le reportage), quand je suis allé a dire salut.... a la falaise, et quelqu'un avait "emprunté définitivement" un de mes mats....

Comme je l'ai dit, j'ai refait la paix, avec la Coudoulière.

Les vagues du matin, bien que pas grandes (1,5 - maximum 2 mètres), étaient plutôt régulières. J'ai beaucoup pratiqué le surf des vagues, et je cherchais souvent le tronçon le plus raide jusqu'au Cap Negre. Avec le vent si onshore, ma difficulté est de ne pas prendre trop de vitesse descendant des vagues et effectuant le bottom turn. Souvent, je sortais du bottom 10 mètres devant le lip de la vague, et hors du temps, pour placer le cut back. Je dois aussi apprendre à surfer en switch plus longtemps avec la voile ouverte, à chercher la crête de la vague lorsqu'elle est sur le point de casser. Dans ce, beaucoup de rideurs locaux (Loick Lesauvage et Antony Ruenes, mais pas seulement leur), sont maîtres et peuvent également surfer une bonne partie de la vague down the line en switch, attendre que cela devienne raide, et peut-être placer un  Gu Screw, comme vous pouvez le voir à faire à Loick, dans la vidéo ci-dessous.

Quoi qu'il en soit, je me suis beaucoup amusé, et aussi Simone de Turin, avec Fanatic Stubby et Duotone voile, qui m'ont également conseillé, dans l'exécution du cut back, de attendre que la lèvre de la vague bouge la planche, avant de écoute la voile.

Je suis resté dans l'eau jusqu'à ce que J'ai réussi à tenir la voile 4,7. Puis, le vent a commencé à monter. J'ai rapidement grèe l'Ezzy Elite 4.2 2019, et je suis retourné à l'eau avec le Pocket 94. Mais le vent était déjà devenu bon pour la 3,7 et la planche avec 80 litres. Et les vagues faisaient même plus de 2 mètres dans certains cas.

N'étant pas en contrôle avec 4.2 et 94, je suis parti au bout d'une demi-heure, pour éviter de me fatiguer.

 

Windsurf Coudouliere France 4 

Sur la plage comme sur l'eau, le groupe habituel de rideurs français, généralement très gentils, dont Guillame, qui habite à 5 minutes de Coudou (chanceux lui). Je suis désolé de parler peu français (cet article a été principalement traduit avec Google Translate). J'aimerais socialiser de plus. Bref, si rien d'autre, à force de venir en France, au moins, je comprends ce qu'ils me disent, et j'ai réussi à aider un garçon qui avait besoin d'une clé pour les lattes de la voile, et à donner quelques conseils sur la taille de la voile bon à utiliser. Je devrais me donner envie d'étudier un peu ce français ... ou de rester quelques mois en France!

Guillame aussi, après une première séance avec vent fort, aux heures centrales, est sortì de l'eau pour attendre que le vent retombe en fin d'après-midi.

Je suis allé manger, puis prendre des photos de la falaise, à ceux qui sont restés dans l'eau, et qui n'ont pas abandonné l'eau même une minute. Et tout à coup, Federico Morisio, I-676, est soudainement apparu sur place, revenu de son enfermement au Chili, où il est allé s'entraîner. C'était agréable de rencontrer à nouveau Federico et de discuter de ses futurs projets et adaptations que cette urgence Covid nécessite (à coup sûr, nous nous reverrons en Sardaigne à l'automne).

L'après-midi, le vent mis à part quelques chutes momentanées, s'est encore renforcé, touchant les 40 nœuds en fin de journée.

Je ne suis jamais retourné à l'eau, et nous avons terminé la soirée avec un bon dîner avec Simone, à base de moules, au "Galeon" à Sanary Sur Mer, plein de touristes en vacances, et beau comme d'habitude. Simone, passionnée de surf de vague, m'a longuement raconté à quel point il est facile de "se faire des amis" dans les différents spots du monde, grâce à le sufing ...

Pour mémoire, le lendemain, mardi 4, la Coudoulière n'a pas bien fonctionné: le vent de mistral était majoritairement trop orienté du nord. Le vent était trop instable. J'ai fait une sortie avec le 4.2 et le Tabou Da Curve 80 d'abord, puis le 4.7 et le Tabou Pocket 94 ensuite, mais sans grande satisfaction, et avec beaucoup d'efforts. Avec le recul, il aurait sans doute mieux valu se contenter d'une seance funboard ou freestyle au Le Brusc, où, avec NW, il y a toujours 5 nœuds de plus.

En milieu d'après-midi, mangeant quelques raisins sur le banc du port, face au panorama de la Coudoulière, avant de partir, j'ai pensé, une fois de plus, à combien il était difficile de s'éloigner de Six Fours.

Hang Loose.

Fabio Muriano

Waterwind existe grâce à votre aide: il devient supporter et accède au contenu réservé!

Les commentaires à la fin de l'article sont les bienvenus (si vous n'êtes pas enregistré sur Disqus, et que vous ne le souhaitez pas, vous pouvez y accéder avec votre compte sur un Social network).

Êtes-vous un windsurfer passionné? Voulez-vous collaborer avec nous? Lisez ici, puis!

Si vous souhaitez parrainer Waterwind, et faire de la publicité avec nous, ou placer votre bannière dans cet article, contactez-nous.

Achetez nos gadgets!

(La traduction française de cet article a été faite principalement avec google translate. Si vous voulez aider à l'améliorer, écrivez-nous). 

 

Cliquez ici, pour la galerie complète de diapositives du lundi (des photos basse résolution peuvent être téléchargées gratuitement).

 

La vidéo de la séance de lundi

Ce site utilise des cookies, y compris de la part de tiers. En fermant cette bannière, en faisant défiler cette page ou en cliquant sur l'un de ses éléments, vous autorisez l'utilisation de cookies. Si vous voulez en savoir plus, consultez la Politique sur les cookies.