Rapports et photos

Abonnez-vous à nos newsletters!

Ne manquez pas notre actualité: abonnez-vous à notre newsletter en anglais!
J'accepte la Politique de confidentialité

Après avoir retrouvé la liberté de mouvement entre les différentes régions italiennes, après l'urgence de Covid, nous n'avons pas trop réfléchi à l'organisation de ce voyage et nous sommes immédiatement partis pour la Sardaigne. Cette fois aussi, l'île, et en particulier les spots de La Cinta à San Teodoro, et Marina delle Rose, nous ont offert de merveilleuses séances de planche à voile, avec des vagues, beaucoup de vent et des températures chaudes.

 

Planche à voile, rapport: Sardaigne, 4-7 juin 2020

J'avais senti et signalé des prévisions de vent favorables pour ces premiers jours de juin en Sardaigne lors du Waterwind Forum. Mon ami Alessio de Modène m'a aidé à surmonter ma faible résistance ..... et, en un éclair, j'ai obtenu le billet de ferry. Pourtant, un autre ordre du président de l'île n'était pas un obstacle au voyage vers le ciel. En tant qu'homme respectueux de la loi, j'ai rempli le formulaire d'inscription pour entrer en Sardaigne, que, lors de l'atterrissage à Olbia, personne n'a pris la peine de nous demander. Je craignais des files d'attente d'heures pour les opérations de débarquement. J'ai 50 ans et je ne comprends toujours pas comment fonctionne ce pays ...

C'est à partir de novembre 2017, que je n'étais pas venu faire de la planche à voile en Sardaigne, et j'ai réalisé, à mon retour, que j'avais vraiment tort de passer autant de temps, sans être ici. La Sardaigne avec ses panoramas passionnants et ses conditions épiques pour la planche à voile, est une terre qui conquiert vraiment votre esprit et votre cœur et vous rend malade, non pas de Covid, mais de .... Maladie de la Sardaigne.

 

GoPro2a 

Windsurf Sardegna 14

 

 

 

La Cinta, San Teodoro - 4 juin

Jeudi matin 4 juin, après avoir pris le petit déjeuner à Olbia, trouvant immédiatement une température de 25-26 ° C, je me dirigeais, calmement, vers San Teodoro, comme une journée de Syrocco (SE) était prévue.

Conduisant le long de la route qui longe la côte, j'ai immédiatement reconnu et admiré la silhouette de l'île de Tavolara, une référence incontournable dans cette partie de la côte qui domine le spot de La Cinta.
En arrivant à la plage de La Cinta, j'ai emprunté le chemin de terre qui va entre la plage et le grand parking utilisé par les touristes d'été (lire la critique du spot en anglais), afin de me rapprocher le plus possible du point d'entrée dans l'eau.
À ma grande surprise, à 9 heures du matin, j'ai déjà trouvé sur place le camping-car d'un garçon allemand, qui venait également de débarquer du ferry, en provenance de Livourne: je lui ai demandé s'il avait passé le confinement en Sardaigne .. ..., mais la simple vérité est que lui aussi s'est enfui dès l'ouverture des cages.

 

Windsurf Sardegna 1

Windsurf Sardegna 2

Votre publicite ici

 

L'entrée du vent était prévue en fin de matinée et j'en ai donc profité pour me promener sur la plage: il n'y avait que moi, et 4-5 autres personnes. Merveilleux!

Comme prévu ponctuellement par le modèle Arome, vers 11h00, le vent a progressivement commencé à souffler et nous a incités à commencer la préparation des équipements.

Tout d'abord, j'ai émis l'hypothèse de sortir avec l'Ezzy Elite 5.3 et le Tabou Pocket 2016 94, en le fixant avec des ailerons G10 (18 MFC central, 11 Zinger d'origine comme latéraux). En préparant la planche, j'ai compris que le 5.3 aurait été gros, et j'ai commencé à préparer mon Goya Guru X-Pro 2020 4.7, avec lequel je suis entré dans l'eau vers 11h30, soupçonnant déjà une éventuelle over powering. Et, en fait, j'ai roulé quelques minutes, pendant lesquelles j'ai réalisé que le 4.7 était déjà énorme. Je n'ai pas trop insisté et je suis retourné à terre pour gréer l'Ezzy Elite 4.2 2017.

Quelle merveille de sortir avec le syrocco sur la plage de La Cinta! L'eau est d'une couleur incroyable, la plage est faite de sable blanc et au nord la silhouette de l'île de Tavolara ferme l'horizon. De plus, la régularité du vent vous permet de manoeuvrer de manière plus précise et efficace, et vous permet donc d'expérimenter et de faire de nombreux tests pour progresser. A cette occasion, le niveau d'eau s'est avéré, en réalité, moins ordonné que les autres fois où j'étais ici. À environ 200 mètres du rivage, certaines vagues étaient parfois chaotiques, tandis que près de la rive, la surface de l'eau était caractérisée par un chop assez proche, ce qui rendait un peu difficile l'exécution de fast tacks et de jibes en glissant, au large ou près de la plage.

J'ai oublié de dire, jusqu'à présent, que sur la plage, j'ai également rencontré les gentils amis génois de Max, mon compagnon de voyage en Afrique du Sud. Marco, Luca et Nicola ont apprécié avec moi, et avec quelques autres, la beauté de cette session à San San Teodoro. Vers midi, le vent a encore augmenté et l'ensemble de 4,2 et 94 litres s'est avéré difficile à gérer. En particulier, la planche a commencé à trop cogner à mon goût (je regrettais, à ce stade, de ne pas l'avoir réglée avec les ailerons K4 - lire le test). J'en ai profité alors pour sortir de l'eau et manger quelque chose, ayant cependant déjà en tête de sortir, encore une fois, avec la Tabou Da Curve 80 2016, avec les ailerons K4, que je ne retire plus du Da Curve pour le reste des vacances….

Dans l'après-midi, j'ai alterné le Tabou 80 et le Pocket 94, en fonction de l'intensité du vent, qui avait certaines phases de plus grande force, et d'autres dans lesquelles il était plus léger. Quoi qu'il en soit, j'ai utilisé 4.2 et 80 pendant une bonne heure: Dieu merci, c'était censé être une journée de vent léger pour se détendre, selon les prévisions .....

Vers 15h30, le vent a commencé à baisser (selon les prévisions du modèle Arome), et donc, satisfaits de la journée, nous avons débloqué. La journée s'est terminée très agréablement chez Arduino's, c'est-à-dire au restaurant de l'hôtel Corallo à Porto Pozzo, avec Marco, Luca, Nicola et Filippo, le fils d'Adriano, qui m'ont ensuite accueilli pour la nuit. Spaghetti alla Pescatora, moules, anchois frits à volonté, et les vacances ont décollé.

 

Windsurf Sardegna 3

Windsurf Sardegna 4 


Marina delle Rose et La Ciaccia, 5 juin.


Le 5 juin nous a donné une journée de mistral très intense, surtout dans le canal de Bonifacio, et dans les endroits les plus proches de la côte nord-ouest de l'île. J'ai décidé d'essayer de sortir le matin à Marina delle Rose, ce qui m'a donné une session mémorable, je m'en souviendrai longtemps dans ma vie.

 

Windsurf Sardegna 5

 

 

Marina delle Rose (lire la critique du spot, en anglais) est un endroit que j'aime, pour le cadre sauvage, pour la majesté et la beauté de la baie, et aussi pour l'accès un peu aventureux, ce qui rend la journée plus fascinante, dans son ensemble.

Arrivé sur place, je me suis garé dans une niche le long du chemin de terre, près de l'échelle d'accès en bois à la plage, et suis allé mesurer, avec l'anémomètre, l'intensité du vent dans un point bien exposé de la côte. Ayant détecté 30 nœuds stables, j'ai décidé de gréer à nouveau l'Ezzy Elite 4.2, et de le coupler avec le Tabou Da Curve 80 2016, avec les ailerons K4.

 

Windsurf Sardegna 6

 

 

Le vent, sur place, a soufflé un peu plus side, près du rivage (probablement parce qu'il a rebondi contre la côte haut sur la mer), alors qu'il était un peu plus side-on, en pleine mer. En tout cas, elle était d'une intensité telle qu'elle me garantissait une glisse quasi immédiate, et bien gérer les vagues en sortie.

Les vagues ..... De la plage je les avais estimées à pas plus de 2 mètres de haut, tandis qu'au centre de la baie je me retrouvais face à la fois à la sortie et au retour à quelques belles montagnes d'environ 4 m, soit logo haut, pas cassant, et qui avait un mur assez raide, mais très long, sur lequel, sur le chemin du retour, un surf incroyable pouvait être posé.

Pour la première fois, depuis que je l'ai, j'ai eu le sentiment que ma planche de 80 litres était trop grosse! Peut-être, même à cause d'une voile de taille légèrement grosse, lorsque j'ai descendu les vagues, j'ai pris une vitesse excessive, ce qui ne m'a pas permis d'avoir la planche en pleine control. En fait, lors du réglage du premier bottom turn, la planche avait tendance à dériver un peu sur le rail interne. En tout cas, un waverider plus capable que moi, aurait eu beaucoup de plaisir dans ces vagues.

 

J'oubliais de te dire que j'étais seule dans l'eau dans toute la baie! Lorsque je suis passé en voiture le matin, je n'avais vu un autre rideur qu'à Cala Pischina. Je dois dire que la situation m'a procuré plus de frissons et de plaisir que de peur. Quand j'en ai parlé à ma femme, elle m'a un peu reproché. Mais je dois avouer que le plaisir d'avoir la liberté de faire de la planche à voile dans tout le spot, sans se soucier d'autre chose que de se concentrer sur la technique de pilotage, était sanglant et agréable. Et la solitude a rendu la relation avec le paysage naturel majestueux encore plus intense et excitante. J'ai alors réalisé qu'en plus de la récente libération des restrictions dues à Covid qui a réduit le nombre de rideurs italiens et étrangers présents sur l'île, même le jour ouvrable a empêché les rideurs locaux d'être présents sur les spots dès les premières heures.

Malgré les conditions assez exigeantes, je me suis immédiatement senti en sécurité, car l'intensité du vent m'a permis de parcourir l'endroit à volonté. De plus, Marina delle Rose offre suffisamment de plages de sable pour atterrir en toute sécurité. Cependant, il est nécessaire de prendre de bonnes références lorsque vous êtes en mer, et d'éviter absolument la zone de roches submergées sous le vent au milieu de la baie. Le sentiment de sécurité m'a permis de sortir à plusieurs reprises pour profiter d'une heure de planche à voile incroyable. Après une heure, je suis sorti de l'eau pour me reposer, manger quelque chose et mettre à jour quelques amis et le chat du Waterwind, sur les conditions rencontrées sur place.

Vers 12 h 40, je suis redescendu sur la plage avec l'idée de retourner dans l'eau, mais, hélas, j'ai réalisé que la mer écumait presque partout, et que le vent avait considérablement augmenté en intensité. Avec l'anémomètre, j'ai mesuré des rafales proches de 40 nœuds, et j'ai compris que, dans ces conditions, il était inutile d'essayer de repartir, car je ne serais fatiguée que très vite, compromettant, alors, le reste de la journée.

Par conséquent, je ne me suis pas dérigée, et j'ai décidé d'aller explorer le spot de La Ciaccia, à Valledoria, près de Castelsardo. Rétrospectivement, je peux dire que, peut-être, il aurait été préférable d'attendre jusqu'à la fin de l'après-midi, quand le vent est tombé, pour profiter d'une deuxième séance à Marina delle Rose. Il est également dommage de ne pas être arrivé à Marina delle Rose plus tôt le matin, pour mieux profiter des conditions encore pas extrêmes. Mais le dîner dehors, de la veille, et une nuit de guerre avec des moustiques sardes, m'ont fait paresser au lit, le matin, un peu plus que nécessaire ...

Après environ trois quarts d'heure, conduisant vers le sud, je suis arrivé à La Ciaccia, où il n'y avait que deux véliplanchistes dans l'eau et une dizaine de kiters. J'ai préparé à nouveau le même ensemble d'équipement que j'avais utilisé à Marina delle Rose (peut-être que les ailerons en G10 auraient eu plus de sens ici - lire plus loin), et je suis entré dans l'eau peu après 14h30. En un mot, les conditions se sont tout de suite avérées assez difficiles, notamment du fait que le vent était très on/side-on et instable, c'est-à-dire pas idéal pour surmonter le beach break, qui a également augmenté à une certaine distance - 200 mètres - du rivage, avec une hauteur considérable (jusqu'à environ 3 m). Je suis sorti plusieurs fois, cependant, me retrouvant souvent dans des conditions désagréables, c'est-à-dire face à des vagues déferlantes de 2-3 m, avec peu de poussée, ou flottantes, avec peu de vent pour les surmonter.

Bien sûr, mon niveau en tant que waverider doit encore s'améliorer, mais je dois dire que je n'aimais pas beaucoup les conditions ici. Lors du dernier départ de la plage, j'ai eu un très bon essuyage, également en raison de la fatigue de la journée, et aussi pour la session de San Teodoro, le jour d'avant. Je dois cependant souligner que les wipeouts en waveriding font partie du jeu, une condition naturelle pour ceux qui essaient et ne doivent pas être considérés comme déshonorants. J'ai également vu de bons rideurs avoir du mal à surmonter les briseurs et être crachés à terre sous le vent.

Pour mieux comprendre la situation, j'ai également parlé avec un rideur local, qui m'a littéralement dit: "aujourd'hui, Ciaccia offre des conditions de merde ....".

 

Windsurf Sardegna 1

Windsurf Sardegna 8

Windsurf Sardegna 12

Windsurf Sardegna 13

 

Vers 16h30-17h00, tous les autres rideurs locaux sont arrivés, une dizaine environ, et sont rapidement entrés dans l'eau, montrant cependant, en moyenne, un niveau assez élevé. Parmi ceux-ci, j'ai reconnu Andrea Mariotti. Alessio m'a dit que Gianmario Pischedda, champion national de vague 2008, était également présent sur place (voir photos dans la galerie de diapositives à la fin de l'article). Beaucoup d'entre eux, à la fin de la séance, se sont plaints des conditions offertes par le spot, considéré en réalité comme peu digne de surfer.

En quelques mots, je dois dire que La Ciaccia, vendredi, offrait des conditions qui peuvent être définies comme techniques et très physiques. Bien sûr, La Ciaccia peut offrir beaucoup mieux, quand elle fonctionne avec une belle houle et un vent latéral.

Sur place, avec moi, mon ami Alessio de Modène, qui est sorti avec le Goya Banzai 4.2 X-Pro 2020, qui teste pour nous. Il s'est battu, et s'est amusé, non seulement dans l'eau .... (ayant connu une fille sarde ...).

 

 Windsurf Sardegna 11

Windsurf Sardegna 3

Windsurf Sardegna 1

 

A mon retour, j'ai été, comme d'habitude, fasciné par la beauté des paysages sardes (ça m'arrive aussi quand je suis en Afrique du Sud), et je me suis arrêté pour photographier Isola Rossa puis Cala Pischina. J'ai fait attendre Filippo un peu; nous sommes allés manger une pizza aux Palau vers 21h00, discutant de beaucoup de choses, à la fois sur son expérience en tant que assistant instructeur de planche à voile en Sardaigne, et sur mes sessions ici, et mes affaires familiales.

 

 

Marina delle Rose (et Porto Liscia ou Coluccia), 6 juin.

Marina delle Rose, le samedi matin 6 juin, m'a donné une autre très belle session. Le spot offrait du vent entre 20 et 25 nœuds, et encore quelques belles vagues d'environ 3 mètres, au centre de la baie, longues et toujours, principalement, ne se cassant pas. Cette fois, je me suis présenté sur place plus tôt et je suis entré dans l'eau à 10h30. Ayant détecté, à mon arrivée, une base de vent assez faible (environ 15 nœuds), j'ai judicieusement décidé de gréer le Goya Guru X-Pro 4.7, et de sortir avec le Tabou Pocket 94 2016, avec les ailerons K4. L'équipement s'est avéré être le bon, même si, dans la première heure, le vent était un peu instable, alors que, dans la deuxième heure de la session, entre 11h00 et 12h00 environ, le vent s'est bien stabilisé à environ 20 nœuds, avec quelque chose de plus sur les rafales. Samedi également, à certains moments, en pleine mer, il était encore un peu onshore, alors qu'il était décidément side, et bon pour surfer, près de la plage.

Le Tabou Pocket 94 à cette occasion m'a vraiment surpris positivement: ce devrait être une planche de vagues moyennes-petites, mais cela m'a beaucoup impressionné pour son très bon comportement, même parmi des vagues relativement importantes. La position légèrement en arrière du pied de mât a également aidé à éviter que la planche ne heurte trop la surface de l'eau. De plus, la planche se comporte très bien même en saut, comme en témoigne à l'occasion d'un saut très haut que j'ai fait, décollant sur une vague déferlante d'environ 3 mètres (voir vidéo en fin d'article).

GoPro5 Windsurf Sardegna C 2

Windsurf Sardegna C 3

Windsurf Sardegna C 1

 

Comme le jour d'avant, j'ai fait de la planche à voile seule au milieu de la baie, en pouvant choisir les directions, et comment surfer sur les vagues à mon gré: une condition unique, rare et merveilleuse.

En fin de matinée, Luca est également arrivé sur place, ainsi que certains kiters qui sont sortis dans la partie sous le vent du spot, avec juste une autre rideur en planche à voile.

Après 12h00, ayant remarqué, comme prévu, une légère baisse de vent, j'ai préféré interrompre ma séance à Marina delle Rose, et je suis allé faire une belle promenade le long du sentier côtier. Le ciel clair, la lumière vive et les couleurs pleines m'ont permis de prendre de belles photos (voir lien vers la galerie à la fin de l'article) et de profiter des magnifiques panoramas.

L'après-midi, après avoir pris quelques photos d'Alessio, à Cala Pischina, j'ai atteint la plage de Porto Liscia (autrement connue sous le nom de Coluccia), où je suis sorti pendant une heure, avec un vent très violent, extrêmement variable en direction.

La fin de la journée a été très agréable, car, finalement, Adriano et Elena, les parents de Filippo, sont arrivés, et nous avons passé une merveilleuse soirée pour dîner.

 

Windsurf Sardegna 15

 

 

La Caletta (Siniscola), 7 juin.

Aucun vent significatif n'était attendu dimanche, selon les prévisions, depuis plusieurs jours auparavant. Au début, il semblait que la région d'Alghero devait donner du vent. Puis, samedi, la chance de naviguer, à nouveau, sur la côte nord-est de l'île avec le Syrocco (Sud-Est) est apparue. Dimanche matin, nous ne savions pas si nous devions essayer Murta Maria (un spot de freestyle), encore La Cinta, ou La Caletta à Siniscola. Au final, le choix s'est porté sur Siniscola qui, en théorie, devait garantir quelques nœuds de plus. Une fois sur place avec Adriano et Filippo, nous avons encore rencontré Luca et Nicola, avec d'autres amis.

En début d'après-midi, le vent du sud-est a commencé à souffler à 20 nœuds, magnifiquement constant et assez fort, ce qui nous a fait illusion pour nous en donner un dernier (pour moi, pas pour les autres ....) belle après-midi de planche à voile. Je suis entré dans l'eau avec l'Ezzy Elite 5.3 2019, et avec le Tabou Pocket 94 litres, réglé comme une seule aileron, avec une MFC freewave de 23 cm. Pendant une demi-heure, nous nous sommes vraiment amusés, avec des conditions de vent vraiment constantes, un niveau d'eau très régulier et une magnifique mer vert émeraude intense sous nos planches (voir la vidéo à la fin de l'article). Dans de telles conditions, chaque manœuvre peut être exécuté facilement. C'étaient les conditions idéales pour essayer et expérimenter des manœuvres plus particulières (Duck, Laydown Jibe, Push Tack, 360, Hely Tack), que j'aimerais ajouter à mon répertoire.

 

GoPro2a

 

Malheureusement, le vent s'est bientôt tourné du sud / sud-ouest et a commencé à devenir instable, descendant des collines de l'intérieur des terres, au lieu de venir de la mer. Nous avons donc tous arrêté notre séance et nous n'avons pas levé de bâton assez rapidement.

Après une douche rapide sur le parking, avec ma douche de camp connectée à ma prise 12 V de voiture, et du savon écologique, j'ai pris congé de mes amis, et j'ai profité du temps encore disponible avant de s'embarquer, pour partir à la découverte de Golfo Aranci et ses environs. Et jusqu'à la fin, la Sardaigne m'a ravie de sa beauté embarrassante.

Je suis parti avec le ferry de 22h00 d'Olbia à Livourne, planifiant déjà le prochain voyage dans ce pays fantastique.

Hang Loose. Fabio

Cliquez ici, pour la galerie de diapositives de La Cinta (San Teodoro).

Cliquez ici, pour la galerie de diapositives de La Ciaccia (Valledoria).

Cliquez ici, pour la galerie de diapositives avec des paysages sardes.

 

Waterwind existe grâce à votre aide: il devient supporter et accède au contenu réservé!

Les commentaires à la fin de l'article sont les bienvenus (si vous n'êtes pas enregistré sur Disqus, et que vous ne le souhaitez pas, vous pouvez y accéder avec votre compte sur un Social network).

Êtes-vous un windsurfer passionné? Voulez-vous collaborer avec nous? Lisez ici, puis!

Si vous souhaitez parrainer Waterwind, et faire de la publicité avec nous, ou placer votre bannière dans cet article, contactez-nous.

Achetez nos gadgets!

(La traduction française de cet article a été faite principalement avec google translate. Si vous voulez aider à l'améliorer, écrivez-nous). 

 

La vidéo de la session à La Cinta du 4 juin 2020

 

La vidéo sur les sessions à Marina delle Rose et La Ciaccia le 5 juin 2020

 

La vidéo sur les sessions à Marina delle Rose, Coluccia et La Caletta les 6-7 juin 2020

Ce site utilise des cookies, y compris de la part de tiers. En fermant cette bannière, en faisant défiler cette page ou en cliquant sur l'un de ses éléments, vous autorisez l'utilisation de cookies. Si vous voulez en savoir plus, consultez la Politique sur les cookies.