Rapports et photos

Toutes les autres destinations possibles étant exclues, pour des raisons liées à Covid, nous avons décidé de profiter de cette semaine de vacances forcée pour enfin partir à la découverte d'une destination de planche à voile bien connue: Fuerteventura, aux Canaries. Voici notre rapport. 

 

PLANCHE A VOILE, RAPPORT: FUERTEVENTURA, ILES CANARIES, AVRIL 2021

Podcast de l'article disponible dans la partie centrale )

Fuerteventura est une île étrange. C'est un lieu qu'il faut bien connaître et bien découvrir, pour être apprécié et aimé. Ce n'est pas le coup de foudre, comme l'Afrique du Sud ou la Sardaigne. Quand j'ai quitté l'aéroport de Puerto del Rosario, en direction de Corralejo, les premiers paysages arides et désolés avec une urbanisation désagréable, m'ont même fait ressentir une certaine anxiété, et je me suis dit: «suis-je arrivé dans une sorte d'Oman, avec 20 degrés de moins? "

J'ai tout de suite eu envie de profiter de ce transfert vers mon logement, pour aller découvrir le fameux spot de Glass Beach, dans le Parc Naturel des Dunes de Corralejo. Et ici, les vibrations ont commencé à être positives, également grâce à la lumière du coucher du soleil sur les dunes. 

 

 Planche à voile Punta Blanca Fuerteventura 056

Planche à voile Punta Blanca Fuerteventura 018

 
Magasin de recharge de bannière
 
 
 
  

Podcast de l'article )

 
 
 

Ensuite, je suis arrivé à l'appartement du Corralejo Beach Hotel, dans le centre-ville. J'ai pris une douche et je suis immédiatement sortie pour un dîner au restaurant Avenida, avec un bon mérou, avec des pommes de terre des Canaries, du vin blanc et un chupito au rhum avec de la crème, pour finir.

Je me suis retrouvé plongé dans un autre monde: températures estivales, restaurants et clubs pleins de vacanciers. Corralejo s'est immédiatement révélé comme l'un des centres de la vie nocturne de Fuerte. 

Le lendemain, dimanche, après un bon petit-déjeuner sur le balcon surplombant la baie et les Lobos (je vais rater cet agréable début de journée ...), je suis allé louer du matériel de planche à voile à Witchcraft. Bouke Becker, d'origine néerlandaise, mais a déménagé à Fuerteventura pendant des décennies, ainsi que propriétaire de la marque et designer à 360 degrés (planches, voiles et ailerons), a été une agréable rencontre faite pendant les vacances à Fuerte. J'ai loué deux voiles Wave Slayer, 4.7 et 5.2, un mât Witchcraft rdm, une wishbone en carbone prolimit de diamètre réduit et une planche Wave Haka de 90 litres. Et je suis parti à la découverte de la rive nord de Fuerte. 

 

Planche à voile Fuerteventura Canary 001

 

Le nord de Fuerte demande de la patience et de l'expérience pour être mieux apprécié (  Lire la revue de la côte nord-est   et de  la côte nord  - en anglais).

Le vent n'est pas aussi fort et garanti que dans le sud de l'île (  Sotavento, lire la critique  ), ou comme à Pozo, mais la qualité des vagues (swell), combinée à la direction du vent, signifie que les spot avec vagues sont de classe mondiale.

Le matin, j'ai commencé à vérifier comment atteindre les principaux, en attendant que le vent se mette à souffler, ce qui était prévu pour l'après-midi. Mon ami Max Rinaldi de Gênes, un grand connaisseur de l'île, a été mon tuteur en temps réel tout au long des vacances. J'ai erré le long du chemin de terre entre Majanicho et El Cotillo, puis en passant par Punta Blanca. L'immense plage océanique d'El Cotillo m'a tout de suite séduit pour sa beauté. 

Dans l'après-midi, je me suis ensuite stationné à Punta Blanca, étant le spot qui, en raison de l'intensité et de la direction du vent (NE), garantissait les meilleures perspectives. Et il en était ainsi. A 16h00, le vent a commencé à se lever (environ 15-16 nœuds). J'ai gréé le 5.2, la latte au-dessus de la wishbone pointant au-dessus du milieu du mât, comme conseillé par Bouke, pour donner plus de puissance à la voile, et à 17h00 je suis entré dans l'eau. Dans les premiers jours, il n'y avait pas de grosse swell, mais le dimanche, les vagues à Punta semblaient belles et amusantes, de toute façon (1-2 mètres). Je suis sorti en flottant, essayant de remonter au vent, pour ne pas dériver vers les rochers à 150 mètres du rivage, sous le vent, et dans la zone des surfeurs. 

J'ai oublié de vous dire que Fuerteventura est un endroit idéal pour le surf, avec de nombreux spots pour tous les niveaux, de nombreuses écoles et locations, et beaucoup (parfois trop) de passionnés. Et le surf, même pour nous les véliplanchistes, est une excellente alternative, pour s'amuser le matin parmi les vagues du Nord, en attendant le vent de l'après-midi. 

Mais revenant pour parler de la session à Punta Blanca, une fois que j'ai changé de direction, c'est-à-dire de retour sur le rivage, j'ai commencé à jouer avec les vagues, ce qui était facile et idéal pour gagner de l'expérience. Cependant, j'ai commencé avec une certaine prudence, c'était ma première séance ici, et étant le spot caractérisé par des rochers presque partout autour, et par un fond marin tout aussi rocheux et irrégulier. Et, en fait, quand je suis tombé, j'ai tout de suite réalisé que j'avais l'eau à la hauteur de ma taille, même à 50-70 mètres du rivage. De plus, comme l'eau est très claire, les fonds marins se voient très bien, en surfant! A Punta Blanca, vous sortez dans toutes les conditions de marée, mais il vaut mieux sortir à marée haute, ou montante, aussi parce que vous pouvez profiter d'une plage de sable pour entrer et sortir de l'eau. 

Le bord (bâbord), vers le rivage, a toujours été la plus amusante, à la fois pour la possibilité de surfer sur les vagues, et parce qu'en profitant des rafales et / ou des vagues, il était possible de faire facilement du planage. Lors du rabotage, il était également plus facile de virer de bord ou d'empannage, une fois la vague passée, avant d'atteindre la côte (rocheuse).

La Punta est un spot de saut, mais le vent faible ne m'a pas permis de faire des sauts, à l'occasion de la sortie.

J'étais dans l'eau pendant une heure avant de retourner sur le rivage pour prendre quelque chose à boire, et manger un morceau. Pendant ce temps, deux autres véliplanchistes sont arrivés, dont l'un, Mateusz, jeune et élancé, également équipé de Witchcraft, était très bon. Il m'a immédiatement montré comment prendre plus de vagues que moi ... 

Je suis ensuite allé dans l'eau pendant une autre heure. Dans le nord de Fuerteventura, il est normal d'être dans l'eau en fin d'après-midi, jusqu'au coucher du soleil.

Lundi matin, j'ai décidé de profiter de la première partie de la journée pour commencer à explorer l'île, et je suis allé vers le sud, pour découvrir la célèbre Playa de Sotavento, où se trouve Renè Egli, le célèbre centre de planche à voile.

Le trajet depuis Corralejo dure environ une heure et demie. Le sud est très touristique, et en arrivant à Costa Calma, on s'en rend immédiatement compte. Du coup, des palmeraies et autres végétations épaisses apparaissent, une rareté sur la majeure partie de l'île, et qui prolifèrent ici grâce à l'irrigation artificielle. Et de grands complexes touristiques apparaissent également.

Mais alors, tout à coup, apparaît aussi Playa de Sotavento, qui est un spectacle unique à voir, sans fin et avec un sable blanc, éblouissant sous la lumière du soleil intense, et qui contraste merveilleusement avec le ciel bleu, et avec la mer émeraude.

Et le vent apparaît aussi, beaucoup de vent. Ici, l'alizé entre mieux, n'étant plus dérangé par Lanzarote.

Et donc, je me suis garé au dessus du Renè Egli, j'ai gréé le 4.7, avec peu de profil, j'ai mis la combinaison et je suis entré dans l'eau. Par ici, un cavalier équipé de Whitchcraft est considéré comme un Martien. Et les instructeurs de Renè ont commencé à me saluer, pensant peut-être: ça doit être un bon ...

 

Planche à voile Fuerteventura Canary 003

 

J'ai tout de suite remarqué l'organisation sur place (douches, toilettes publiques, des chaises longues), ainsi que les installations du centre, qui, maintenant, loue du matériel Severne.

Fond sableux, eaux peu profondes et vent side/side-off. Un beachstart, et j'ai commencé ma session. Dans la première demi-heure, je me suis aussi amusé ...

Évidemment, c'est un endroit facile, avec une surface de l'eau de plus en plus agitée (chop et une légère swell), allant au large, et aussi un vent de plus en plus fort. J'ai fait de bons jibes, et aussi de bons virements rapides. Autour de moi, les rideurs de slalom, principalement. À un moment donné, le drone de Renè Egli m'a surpris en naviguant ici (carrière et réputation de waverider gâtées, ah, ah).

Ensuite, le vent a eu une rotation et est devenu presque offshore, devenant encore plus en rafales. Effectuer les manœuvres devenait de plus en plus difficile et, après encore une demi-heure dans l'eau, j'ai décidé que c'était suffisant. 

Je suis sorti de l'eau et j'ai continué mon exploration du sud de l'île.

J'ai commencé à conduire dans l'arrière-pays de l'île, dans un paysage lunaire, venant l'admirer depuis le célèbre Mirador de Sicasumbre. À perte de vue, des montagnes de roches volcaniques, nues et de couleurs différentes, du brun foncé au rougeâtre en passant par l'ocre clair. Un panorama qui suscite des émotions contrastées, un mélange de fascination et d'inquiétude dû à la désolation de la scène. Scénarios suggestifs, mais l'intensité des émotions que me donne l'Afrique du Sud ou la Sardaigne sont complètement différentes. Ténérife m'a aussi plus frappé d'un point de vue panoramique, pour la plus grande variété de paysages, et pour la végétation épaisse en haute altitude, et dans le nord de l'île.

Quoi qu'il en soit, j'ai continué mon voyage, en passant par Betancuria, l'ancienne capitale de l'île, avec un petit centre historique, et quelques bâtiments prestigieux (belle église), et un peu plus de végétation que la norme, soutenue par la présence d'une source naturelle. 

Ensuite, des messages du groupe WhatsApp de l'équipe Witchcraft ont commencé à arriver, indiquant que le vent (l'alizé) commençait à bien souffler à Punta Blanca. Compatible avec les limitations de vitesse ..., je me suis jeté à la Punta.

Quand je suis arrivé sur place, un spectacle est apparu devant moi: toutes les waveriders du nord de l'île étaient dans l'eau. Belles vagues (marée haute) et 20 nœuds de vent.

Dans l'eau, entre autres, un athlète de l'équipe Witchcraft, un anglais du nom de Will Ward, qui vit à Fuerte depuis des années; J'ai tout de suite commencé à l'admirer pour l'élégance et le naturel de ses manœuvres. Mélange d'un peu de freestyle old school avec la technique des vagues, qui sont pour moi les styles de planche à voile les plus fascinants. Au cours des jours suivants, j'ai appris à apprécier les manœuvres spectaculaires montrées dans vidéos publiées sur le site Witchcraft  .

Mardi, troisième jour d'alizés attendu, mais avec une légère rotation du nord, et aussi l'arrivée d'une swell importante du nord-ouest.

Bouke m'a fait comprendre quelque chose d'important. Me montrant la prédiction de Windguru, qui a donné 1,7 mètre de swell, avec une période d'environ 12 secondes, il m'a dit que cette prédiction pourrait correspondre à une vague à terre, encore plus qu'un mât haut ... En un mot, l'énorme masse d'eau dispersée sur une très grande surface au large, et associée à une ondulation d'environ quelques mètres, s'élève, rejoignant le plus bas fond marin du rivage, se répartissant verticalement ...

Et la journée me l'a confirmé, surtout à certains endroits ...

Je suis allé voir El Puertito, en face du village d'El Cotillo, un endroit où seuls les pros sortent, et qui peut offrir des conditions comme dans Jaws. Des barres presque doubles mât se sont soudainement élevées d'une mer apparemment plate au large, marquées seulement par des lignes sombres parallèles menaçantes, à près de cent mètres l'une de l'autre. Deux surfeurs surfaient sur des vagues de seulement ... 4-5 mètres, juste au près, avec un kiter. A la plage d'El Cotillo, un spot peu praticable pour la planche à voile, un shore break impressionnant même supérieur à deux mètres ...

Punta Blanca, avait de grosses vagues à 150-200 mètres du rivage, mais seulement des mousses (clapots) plus près du rivage et un vent faible.

Sur la côte Est, plus protégée, beaucoup moins de swell. Petites vagues (1,5 mètre) à Glass beach, très proche du récif, où les surfeurs étaient concentrés. Vent presque nul. J'en ai profité pour prendre un bain rafraîchissant dans l'eau turquoise. Ensuite, j'ai été informé que Glass travaillait depuis 18 heures.

Finalement, je suis sorti à Rocky Point, entrant dans l'eau de Waikiki à Corralejo. Là, le vent vers 17h30 était très bien réparti, à 18-20 nœuds, et devant le récif, on pouvait voir, depuis le rivage, des séries de vagues vraiment significatives. J'ai gréé le 5.2 et je suis parti en mer. Les conditions n'étaient pas les meilleures pour le waveriding (vent onshore sur la vague, et possibilité de surfer la vague uniquement en backside), mais, pour moi, c'était la session la plus amusante des vacances. Tout d'abord, pour la qualité des grosses vagues (même 3-4 mètres), vraiment propres, faciles à voir et légères. Deuxièmement, pour la qualité du vent, toujours régulier et suffisamment fort. Et enfin pour la beauté du panorama de la baie de Corralejo, entourée de l'île de Lobos, et Lanzarote en arrière-plan. 

La planche et la voile se sont révélées être le joyeux gagnant, le premier rapide et le second puissant, garantissant une entrée en planing, plus tôt que les riders de slalom! Comme je l'ai mentionné, jouer avec ces vagues était très amusant (mais il doit être beaucoup mieux d'attraper des vagues similaires avec un vent sidel ou side-off ...). Lors de la sortie (bâbord), vous pouvez placer des sauts (derrière des vagues similaires, il y a du vide ...), ou vous pouvez les surfer front-side.

 

Planche à voile Fuerteventura Canary 005

Planche à voile Fuerteventura Canary 002

 

Après avoir regardé quelques vidéos, je me suis exercé à atteindre la levre de la vague en déposant la voile, pour la décharger, en anticipant la rafale prévisible sur la crête. Ce n'est pas Front Side, mais c'est amusant, de toute façon. Ensuite, j'ai fait un empannage bâbord, mon meilleur bord, et loin encore un autre tour, pour descendre des vagues sur tribord amure (le vent a tourné un peu side - venant plus du nord, pendant ma séance). 

Descendre de telles montagnes est merveilleux pour moi. Certains sets ont donné de très belles bombes. J'ai aussi essayé quelques sorties front side de ce bord, ce qui était possible, et drôle, mais avec un inconvénient: à la fin de le surfing, je me suis retrouvé sur un fond rocheux d'à peine 1 mètre, avec quelques vagues non petites qui occasionnellement m'a frappé, aussi près du rivage. Mieux vaut recommencer bientôt, et revenir jouer plus loin au large.

Max, mon ami, m'avait proposé de traverser le chenal entre les deux îles, et de me rendre à Lobos, également célèbre pour sa magnifique vague droite ... Mais je ne voulais pas le risquer, ne pas être sûr de la durée du vent ....

Après 19h, je suis sorti de l'eau, profitant, tout en se détendant, de l'ambiance détendue du Waikiki (danse collective de salsa en cours, à la lumière du coucher de soleil).

Mercredi, dernier jour de bons alizés, attendus dans le nord. Je me suis dirigé directement vers Punta Blanca, tentant une séance tôt le matin (à 10) avec la marée haute, et avec un peu de swell résiduelle. Quand je suis arrivé, Punta avait en fait de très belles vagues, mais le vent était en moyenne autour de 12 nœuds, avec quelques rafales autour de 15.

Je me suis cependant mis à l'eau, mais je n'ai pas fait grand-chose, probablement plus à cause de mon incapacité à manœuvrer en flottant sur des planches de petit volume, qu'à cause de la qualité des conditions du spot. 

Au milieu de la journée, je suis allé faire autre chose. Dans l'après-midi, pour mémoire, Rocky point et Glass beach ont un peu travaillé (cette dernière cependant avec des conditions qui ne permettent pas de planer, et des vagues de 1,5 mètre).

Jeudi, je suis retourné explorer le Sud, avec l'idée d'aller voir ce qui, à juste titre, est considéré comme la plus belle plage de l'île: playa de Cofete. Cependant, je suis d'abord passé par le spot de Risco del Paso, à l'extrémité ouest de Playa de Sotavento, où se trouve le ION CLUB. Bien sûr, cette partie de la plage est également très belle. Des amis m'ont dit qu'ici le vent est un peu moins en rafales et la surface de l'eau est moins agitée. Mais la faible intensité du vent, au moment de mon inspection (complètement offshore), m'a conduit à continuer vers Cofete.

Eh bien, playa de Cofete est l'endroit à Fuerteventura qui m'a donné les émotions les plus fortes.

 

Planche à voile Fuerteventura Canary 006

 

De Morro Jable, commence un chemin de terre qui mène au col d'où, tout à coup, apparaît la vue sur l'immense plage, et sur la chaîne de montagnes qui descend vers la plage blanche, avec une pente uniforme de roches volcaniques brun foncé.

Une fois arrivé à la plage, en cette période presque peu fréquentée, on ne peut s'empêcher d'être enchanté par son immensité. Les vagues qui se brisent sur le rivage (à l'occasion de ma visite pas aussi grandes que celles d'El Cotillo), complètent le tableau incontournable. La baignade dans ces eaux restera mémorable pour moi. De retour à Corralejo, j'ai vu que le vent était entré à Renè Egli. J'ai abandonné la séance ici, pour tenter ma chance dans le Nord, où malheureusement, rien de significatif ne s'est passé, sauf à Flag Beach. Cependant, bon vent vraiment uniquement pour les kiters, maîtres de cette plage.

Vendredi, comme prévu, dans le Nord il n'y avait pratiquement pas de vent, puis je me suis consacré à une journée de baignade, avec une belle baignade dans cette piscine naturelle qu'est la mer de Flag Beach.  

Dans la soirée, je suis allé à Witchcraft pour rendre le matériel, et suis resté avec Bouke, discutant pendant plus d'une heure des ailerons asymétriques, des boxes pour les ailerons avec un certain convergence (toe-in), des planches avec arrière flexible, des rideurs de l'équipe Whitchcraft, et des vagues de Fuerte. Le dîner prévu à Vaca Azul à El Cotillo a été sauté, mais cela en valait la peine. La conversation était techniquement éclairante. 

 

Planche à voile Fuerteventura Canary 007

  

Je reviendrai à Fuerte, pour rider les autres spots de vagues que je n'ai pas pu essayer à cette occasion. L'envie de surfer sur les vagues de Fuerte dans les meilleures conditions, et d'essayer Vaca Azul ... sont certainement une bonne raison pour revenir sur cette île en particulier.

Hasta luego! Fabio

Cliquez ici , pour profiter de la galerie de diapositives de la session à Punta Blanca, le 19 avril.

Cliquez ici , pour profiter de la galerie de diapositives de la session à Sotavento, le 19 avril.

Cliquez ici pour regarder la galerie de diapositives générale sur les vacances.

 

Vidéo 

 

Visitez le forum Waterwind, et rejoignez notre communauté..

Devenez supporter et accédez à tous les contenus réservés!

Êtes-vous un windsurfer passionné? Voulez-vous collaborer avec nous? Lisez ici, puis!

Si vous souhaitez parrainer Waterwind, et faire de la publicité avec nous, ou placer votre bannière dans cet article, contactez-nous.

Achetez nos gadgets!

(La traduction française de cet article a été faite principalement avec google translate. Si vous voulez aider à l'améliorer, écrivez-nous). 

Articles/Albums avec des tags similaires

Ce site utilise des cookies, y compris de la part de tiers. En fermant cette bannière, en faisant défiler cette page ou en cliquant sur l'un de ses éléments, vous autorisez l'utilisation de cookies. Si vous voulez en savoir plus, consultez la Politique sur les cookies.