Articles

Abonnez-vous à nos newsletters!

Ne manquez pas notre actualité: abonnez-vous à notre newsletter en anglais!
J'accepte la Politique de confidentialité

Federico Morisio (ITA 676), athlète professionnel impliqué dans le circuit IWT ces dernières années, nous a envoyé ce rapport convaincant, non publié, sur son expérience récente lors de l'édition 2019 de l'Aloha Classic, tenue à Ho'okipa, Maui, Hawaii. 

 

Planche à voile: Aloha Classic 2019. Rapport de Federico Morisio

C'est un rapport sincère, à lire en une respiration, le genre d'histoire que nous aimons. Outre la chronique de la race de Federico, il contient des informations techniques importantes. mais bien plus encore: Federico ouvre son esprit et son cœur pour partager le côté humain de cette expérience, avec ses émotions et ses réflexions. Nous remercions sincèrement Federico de nous avoir envoyé ce rapport, et nous sommes convaincus que cette occasion a été une expérience importante qui l’a fait mature en tant qu'athlète et qui apportera à Federico les résultats qu’il mérite.

 

Windsurf Aloha Classic Morisio 1

 

 

Cette année, je suis arrivé à Maui pour le Aloha Classic avec beaucoup de choses à jouer: après la 2e place dans Topocalma Infernal au Chili en mars, la 7e place en Oregon en juin, la 5e place au Pérou en septembre et malheureusement sans conditions lors de la course en Basse Californie en août, je me suis retrouvé à la 5ème place du classement général, mais à seulement 700 points de Bernd Roediger, 3ème (une victoire est de 10 000 points, donc nous étions vraiment proches), et je voulais aussi confirmer sinon améliorer ma 9e place à l’Aloha Classic de l’année dernière, qui avait déjà été un excellent résultat.
Donc, personnellement, j'ai ressenti un peu de pression, que j'aime toujours et qui me motive toujours! Malheureusement, les semaines précédant la course ne se sont pas déroulées comme je l'aurais souhaité. En plus de devoir prendre l'avion pour Cincinnati, dans l'Ohio, pendant quelques jours pour un projet futur avec l'un de mes sponsors, une fois de retour à Maui, je me suis blessé au bras gauche, ce qui m'a obligé à rester hors de l'eau pendant une semaine. De plus, d'après les prévisions, on pouvait déjà entrevoir que, comme chaque année, il s'agirait d'un Aloha Classic avec les bombes! La prévision donnait des vagues de 10 à 15 pieds avec une période de 14 à 15 secondes ou, traduites dans la langue de Ho’okipa, des vagues de 4 mètres minimum à 8 mètres dans les ensembles les plus grands. Expérience, risque et stratégie sont les trois mots clés de ce type de conditions.
Le 27 octobre, le premier jour de la course, je suis arrivé à Ho’okipa et, étonnamment, les conditions ne sont pas si énormes. En fait, à la fin, les prévisions avaient différé d’un jour l’arrivée de la tempête. Ainsi, la première journée de course s’est déroulée dans des conditions amusantes et abordables avec des vagues de 2 à 3 ou 4 mètres et l’ensemble du 1er tour de la Single Elimination Hommes a eu lieu. Honnêtement, avec ces conditions, je me sentais beaucoup moins stressé et plus motivé, j'avais beaucoup plus d'expérience avec des vagues de cette taille, car le risque encouru était bien moindre!! Je suis sorti et j'ai attaqué, j'ai tout donné, j’ai utilisé mes connaissances de Ho’okipa et j’ai pris les meilleures vagues en mélangeant de bons bottom turns avec de grandes aerials. Cela m'a permis de remporter la manche avec un total de 12 points devant la locale et waterman Zane Schweitzer (petit-fils de l'inventeur de la planche à voile) et de passer au 2ème tour. N'étant pas arrivé à l'Aloha avec le plus haut niveau de confiance en soi et d'entraînement, cette première manche et cette victoire ont grandement stimulé la confiance en moi et m'ont beaucoup conduit au tour 2; sachant cependant que cette chaleur aurait été dans des conditions complètement différentes et contre des adversaires d'un autre niveau ...

 

Windsurf Aloha Classic Morisio 22

 

Quatre fois champion du monde, Philip Koster, les légendes de la planche à voile, Robby Swift et Boujmaa Guilloul, et Federico Morisio. C’était ma heat lors de la deuxième manche. Conditions: vent léger et vagues de 4 à 8 mètres. Très difficile, il est déjà difficile d’être dans l’eau, de surfer dans ces conditions et de battre encore plus ces rideurs. Mais je dois être honnête: j’ai senti que c’était ma chance de laisser ma marque, de faire sentir ma présence et de montrer que je pouvais me tenir entre ces noms et même les battre. J'étais prêt, en colère et motivé. Également battant Philip Koster, j'aurais donné un grand tournant à la lutte pour le titre mondial PWA, en favorisant Victor Fernandez, Marcilio Browne et Ricardo Campello.
Le lendemain est confirmé dans des conditions difficiles avec un vent faible. Avant ma batterie, j'arrive à sortir du canal sans me perdre dans les rochers et, au début de ma heat, je commets immédiatement une stupide erreur d'impatience: je prends une vague que je pensais bonne, mais qui s'avère en réalité être court et doux; lorsque je quitte la vague, celle qui se trouve derrière est double et se brise sur la tête. Après plusieurs smoothies, je ne peux même pas recommencer avec un waterstart, car le vent a encore chuté. Robby Swift prend également une vague, tombe et se retrouve nageant devant les rochers, sans un peu d'air. À un moment donné, après 5 minutes de nage et d’essai de faire un waterstart, j’entends la sirène de l’arbitre et je constate que la heat a été annulée pour un manque de vent. Heureusement, j'ai pensé, parce que j'ai commis une grosse erreur que je ne répéterai plus.
Je sors de l’eau d’une certaine manière et je discute avec mon entraîneur Ferdinando Loffreda de mes erreurs et de la situation, tout en me préparant au cas où la chaleur reprendrait. Le vent se lève à nouveau et ils décident d'envoyer dans l'eau la heat après la nôtre: ma batterie aurait été la suivante. Je me prépare et vais dans l’eau 20 minutes avant la batterie pour éviter de tomber dans les rochers et d’arriver à l’alignement à temps, me mettant ainsi dans une situation prioritaire pour pouvoir prendre la meilleure vague.
Ma heat reprend, mêmes conditions, mêmes adversaires et vent légèrement plus fort et plus stable. J'étais excité et prêt.
Malheureusement, j'ai commis des erreurs impardonnables. Je n'ai pas surfé comme je le sais. J'étais trop "en sécurité" et méritais la 3ème place dans la heat, sans aller jusqu'au 3ème tour ... Ce fut un grand coup psychologique. Je savais que je pouvais subir ces vagues si grandes et désordonnées, mais pendant des jours, je me préparais mentalement parce que je voulais être préparé et excité. Mais une fois dans la heat, j'ai souffert mentalement et je n'ai pas roulé comme je le devrais. Comme je le sais, je n'ai pas attaqué les vagues et j'ai commis des erreurs stupides que je ne fais généralement pas. En fait, j’ai l'habitude de mieux performer en course qu'en free-sailing, mais ces conditions m'ont fait souffrir. À la dernière minute de la batterie, j'ai trouvé une belle vague de 4-5 mètres qui "s'ouvrait", ce qui me permettrait de faire 4-5 bottom turns et d'obtenir probablement un score qui m'aurait permis de passer à la 2ème place, jeter Koster et aller au 3ème tour. Mais au deuxième bottom turn, alors que je posais la voile, le top a touché l’eau, me faisant perdre l’équilibre et sortir de la vague. Une catastrophe. Une erreur fatale qui m'a coûté la heat.
J'étais vraiment énervé parce que je savais que je pouvais dépasser et battre au moins deux de ces coureurs; mais je méritais de ne pas passer et de cette expérience j'ai beaucoup appris à nouveau, et je sens le feu en moi s'améliorer et faire mieux la prochaine fois. Chaque heat est une question de vie ou de mort, on ne peut pas éviter de risquer du tout et même pas trop; vous devez trouver cet équilibre subtil entre tirer le meilleur de ce que vous faites, repousser vos limites, prendre des risques et, en même temps, ne pas tomber dans les rochers après la première vague ou casser l'équipement pendant la batterie. Mais cette fois, j'ai vraiment trop peu risqué et je n'ai pas attaqué ces vagues comme je le sais et comme je l'aurais dû. Leçon apprise. Maintenant, vas-y pour la prochaine fois !!!!!

Windsurf Aloha Classic Morisio 21

 


En plus de cette défaite, en raison du manque de conditions, nous n'avons même pas été en mesure de faire la double élimination (la deuxième chance) et, malheureusement, je n'ai pas eu l'occasion de me récupérer. Nous étions très proches au faire la heat pendant 2 jours consécutifs, avec des conditions de grosses vagues et un vent léger, mais chaque fois avant ma heat, la course était annulée pour la journée, car les conditions étaient trop extrêmes: trop les gens finissaient sur les roches, et même à une blessure. Quand Ho’okipa est si grand, et même avec le vent side-onshore, cela devient vraiment une mission impossible aller dans l’eau et surfer! Au final, j’ai préféré qu’ils ne continuent pas la course dans ces conditions, car c’était objectivement un risque inutile: un risque de se blesser et de casser autant d’équipement sur les rochers.
Ainsi, je termine l'Aloha Classic 2019 à la 17ème place, ce qui est décevant pour moi et à la 4ème place du classement général du International Windsurfing Tour pour la troisième année consécutive. Malgré tout je suis heureux; parce que j’ai encore beaucoup appris et que j’ai réalisé que je pourrais très bien surfer ici. En ce qui concerne les résultats, en général, j’ai le sentiment que cette année, j’ai trop réfléchi sur les chiffres, et que je voulais bien faire pour finir troisième, etc., j’ai trop réfléchi sur les chiffres, au lieu de simplement profiter de chaque course, de m’amuser et de donner le meilleur de moi-même! Je pense que c’était la plus grosse erreur et pour l’année prochaine, je veux vraiment être plus calme et concurrencer, parce que je le veux, parce que j’aime ça et que je montre mon niveau de planche à voile, et pas pour un numéro ou un poste!
Je suis très heureux, car il semble que le Aloha Classic IWT et le PWA soient confirmés également pour l’année prochaine; alors on s'amusera et on se reverra dans 12 mois!
Un grand salut à tous les lecteurs de Waterwind et merci beaucoup pour votre attention! J'espère que vous avez apprécié le rapport et réussi à transmettre un peu d'enthousiasme! Bonjour et je vous souhaite beaucoup de vent !!


Federico Morisio

Ci-dessous, vous pourrez profiter du diaporama de la galerie que Federico nous a envoyé, avec des photos de l'événement.

 

Waterwind existe grâce à votre aide: il devient supporter et accède au contenu réservé!

Les commentaires à la fin de l'article sont les bienvenus (si vous n'êtes pas enregistré sur Disqus, et que vous ne le souhaitez pas, vous pouvez y accéder avec votre compte sur un Social network).

Êtes-vous un windsurfer passionné? Voulez-vous collaborer avec nous? Lisez ici, puis!

Si vous souhaitez parrainer Waterwind, et faire de la publicité avec nous, ou placer votre bannière dans cet article, contactez-nous.

Achetez nos gadgets!

(La traduction française de cet article a été faite principalement avec google translate. Si vous voulez aider à l'améliorer, écrivez-nous). 

 

 

 

 

Ce site utilise des cookies, y compris de la part de tiers. En fermant cette bannière, en faisant défiler cette page ou en cliquant sur l'un de ses éléments, vous autorisez l'utilisation de cookies. Si vous voulez en savoir plus, consultez la Politique sur les cookies.